Nazca sans les lignes!!!
  

Nazca sans les lignes!!!

Nazca, Pérou le 01/08/2012

 

Nous partons par la suite à Arequipa, la ville blanche du Pérou. On se croirait un peu en Espagne avec sa grande place, ses palmiers et ses églises. On en profite pour se reposer et goûter quelques spécialités péruviennes, comme les rocotos (poivrons farcies à la viande) ou encore les papas rellenas (pomme de terre fourrées), un délice !!! Au départ nous sommes redescendus dans le sud afin de faire un trek dans le canyon de Colca (plus grand canyon du monde) mais en faisant le tour des agences et en regardant quelques photos, cela nous semble bien fade à côté du jungle trek inca. Du coup nous repartons en bus de nuit jusqu'à Nazca (le dernier bus de ce tour du monde et ce n'est pas ce qui nous manquera le plus, on doit bien l'avouer).

Nous arrivons à Nazca en pleine fête nationale péruvienne, les drapeaux, fanions et banderoles sont de sortie. On sent qu'il y a de l'agitation dans l'air, quelques rues sont bloquées, pompiers, militaires et policiers défilent sur la place centrale. Nous décidons de fêter cela à notre façon avec un bon repas et des cocktails aux fruits de la passion !!! Seulement cela aura raison de moi, disons que je digère très mal les pépins... Après une nuit agitée pour moi, je ne peux malheureusement (ou heureusement, vous comprendrez par la suite) suivre la troupe pour aller surfer sur la plus grande dune du monde. Eh oui nous avions prévu de faire du sandboard le lendemain, c'est donc un lever à 4h du matin pour Myriam Emilie et Bertrand, et une nuit qui ne fait que commencer pour moi !!! Je les laisse vous raconter leurs péripéties :

« A dire vrai, nous n'étions pas vraiment motivés  pour nous lancer dans une activité sportive aussi tôt...  Avant de pratiquer le sandboard, nous devions atteindre le sommet de la dune qui se situe à 2080 mètres. Eh oui, les remontées mécaniques sont ici inexistantes. C'est donc  à l'huile de genoux   et armés de nos lampes torches que nous entamons la montée non sans mal. D'après le guide, il nous fallait 2h30 pour atteindre la pointe de la dune... mais bien sûr ! Nous aurons mis plus de 4 heures sous un soleil de plomb. D'ailleurs, le Béber finira en caleçon, quelle classe !!! Gravir le Machu Picchu n'était qu'un simple entrainement comparé à cela. Ce fut un calvaire qui nous aura valu de nombreux fous rires en signe de décompensation. Une chose est sure le jeu en valait bien la chandelle. Le paysage est époustouflant, on se croirait sur une autre planète. Après une bonne pause, le moment tant attendu est arrivé...  Nous voilà prêts à dévaler la pente du Cierro Blanco !  Problème, le sable ce n'est pas de la neige et autant vous dire que les chutes ont été aussi nombreuses que spectaculaires. Nous finirons en mode luge et épuisés par cette quantité de sable ingurgitée. »

A leur retour, je garderai en mémoire leurs têtes déconfites ramenant avec eux 1 tonne de sable. Il y a des jours comme ça où il vaut mieux rester coucher...

 

Commentaires

 Bribri
Lilou...comment as-tu pu renoncer à çà !!!?
 Christèle
extra !! vous en aurez fait !! Lili je ne sais pas si tu t'en ai vraiment bien sorti car on n'a pas eu le détail de ta nuit !! bises d'hammamet garnies de brick à l'oeuf et accompagné d'un bon thé à la menthe !!
 Céline
Des photos magnifiques, des récits qui font rêver!!! profitez bien des quelques jours restant! Ma soeur je t'aime!
 Mimi
hello a oui cest carrement plein de sable et vachement beau!!! ça donne chaud!!! jte comprend Aurélie pafois cest mieux de resté couché... mais ça devait être sympa!!! jespère que vous êtes tous bien reposez et que lindigestion est passé!!! encore une belle aventure dans tous les sens du terme!!!!!!!!!!!!!! gros bisous



Autres récits de voyage

Autres Recits en Pérou